expo 2004-2005 – couleur métal & cie

exposition 2004 – 2005

Le conservatoire revient à  son sujet de prédilection : les ocres et les oxydes de fer qui les composent. Quelle est donc la palette de couleurs des métaux ? D’où viennent-elles ? Comment applique-t-on de la couleur sur un support métallique ? Et bien d’autres utilisations …

L’ensemble du site de l’ancienne usine Mathieu est investi par le thème de la couleur des métaux, oxydes et composés métalliques. Les réalisations techniques et les oeuvres sont exposées non pas comme objets, mais comme l’aboutissement d’une pratique issue de l’expérience et de l’histoire, toujours contemporaine.

PDF – télécharger le dossier de presse Métal, Couleur & Cie

 

l’exposition globale couleur métal & cie

Elle nous permettra d’aborder les différents cycles du métal : cycle mythique et croyances des sociétés primitives, tout d’abord ; cycle physico-chimique, où comment l’homme transforme le minerai chimiquement stable en objet métallique chimiquement instable ensuite ; cycle « humain » enfin, ou comment après avoir trouver les moyens de protéger le métal, l’homme va profiter de ses connaissances pour transformer, grâce à la couleur, l’objet métallique en objet de séduction.

Problèmatique générale

Une couleur particulière, un éclat visible, un poids différent : les minerais de métaux sont facilement repérables par l’homme. Leur rareté et le mystère de leur élaboration ont toujours excité sa curiosité et son imagination.

Le cycle mythique

les hommes des sociétés archaïques croient que toutes les formes de vie sont issues du couple fondamental constitué par la terre et le ciel. Ainsi le fer météoritique, morceau détaché de la voûte céleste, ne peut être autre que divin et masculin. Dans cette conception, tous les autres métaux sont les enfants de la Terre-mère et grandissent en son sein. Les différentes étapes de croissance du métal correspondraient aux différents métaux eux-mêmes, le fer étant le premier stade du métal, l’or le métal arrivé à  maturité. Voici posé le premier  « cycle métallique  » : fer, cuivre, plomb, étain, mercure, argent, or. Entrent alors en scène les forgerons, souvent demi-dieux, fondeurs et métallurgistes qui, par leur maîtrise du feu, sont capables d’intervenir dans ce  « cycle naturel  » et de l’accélérer. De cette figure mythique du forgeron vont naître, à  la fois, la métallurgie traditionnelle et une rêverie de la nature sur laquelle va se construire l’alchimie.

Le cycle physico-chimique

Autre temps, autre cycle. Dans la nature, la grande majorité des métaux n’existe pas à l’état natif mais doit ê tre extraite et élaborée à  partir de minerais, chimiquement stables. L’objet métallique, obtenu par réduction et instable par nature, va s’oxyder pour retrouver la stabilité du minerai. Ce cycle physico-chimique ouvre la voie des couleurs, à  travers la vaste gamme des oxydes et composés métalliques.

Le cycle  « humain  »

Pour lutter contre l’oxydation et prolonger l’usage de l’objet métallique, les hommes ont cherché à  transformer et à  protéger les métaux. Dans la masse, les alliages, mélanges de plusieurs éléments, en améliorent les propriétés par l’abaissement du point de fusion, l’augmentation de la ductilité et de la ténacité ou la multiplication des couleurs. En surface, les traitements peuvent se faire à  froid ou à  chaud, comme les patines, les peintures ou l’émaillage. Tout en répondant à  ces contraintes techniques, l’homme va profiter de ses connaissances pour transformer, grâce à  la couleur, l’objet métallique en objet de séduction.

 

les expositions temporaires de couleur métal & cie

Illustrations détaillées des thématiques de l’exposition principale, se succèderont sur les deux années:

  • ocres et oxydes(février à mai 2004), pour introduire le sujet et revisiter les différentes pratiques,
  • styles métal (juillet à septembre 2004), mode et design vus par les comités nationaux d’Intercolor,
  •  les métalliques, (octobre à décembre 2004), et les savoir-faire liés au travail des métaux dans les métiers d’art,
  •  émaux et mots, (février à mai 2005), ou comment de la matière l’on passe au langage et à la poésie ?
  •  monumental métal, (juillet à septembre 2005), de l’architecture à la sculpture ou aux transports, la conquête de l’espace,
  •  impressions métalliques (octobre à décembre 2005), et les feuilles d’automne se muent en métal imprimé, photographies…

 

les ateliers de couleur métal & cie

Les ateliers restent les moments privilégiés de transmission des techniques et savoir-faire :

  • pour adultes : les techniques d’émaillage, l’utilisation d’oxydes métalliques dans les bétons colorés, les techniques d’enluminure et de dorure, le patines sur métal, le coulage d’objet métalliques…
  • pour enfants, pendant les vacances et en période scolaire avec les écoles.

 

d’autres évènements constitueront les moments forts de la programmation de couleur métal & cie

  • l’Ecole de Printemps™ (22 au 26 mars 2004), le temps de la réflexion et des débats,
  • la Fête de la science, quand les scientifiques rencontrent le public,
  • les Journées du Patrimoine, pour (re)découvrir l’histoire de la transmission des savoir-faire.

Le conservatoire des ocres et de la couleur

le conservatoire de la couleur

L'usine Mathieu, conservatoire des ocres et de la couleur
A l'image d'un conservatoire de musique, le rôle du Conservatoire de la couleur est de pratiquer la discipline que l'on entend conserver. Ici, la couleur se vit par le geste et par la transmission des savoir-faire. Le centre de formation, la librairie et le comptoir spécialisé sont au service de cette mission.
Société Coopérative d'Intérêt Collectif (SCIC) reconnue par l'État, ôkhra gère ce conservatoire en délégation de service public. Elle rassemble salariés, artistes, artisans, industriels, scientifiques, bénévoles et collectivités territoriales au sein d'une gouvernance partagée.

les salles de formation

une des salles de cours du conservatoire
Les formations se déroulent dans une des salles de cours du conservatoire, aménagées dans les anciens entrepôts d'ocre. L'usine Mathieu est une usine d'ocre réhabilitée, les stages se déroulent donc au cœur de la couleur.
Les installations sont simples, le luxe, c'est l'espace, la lumière et l'environnement. Les pauses déjeuners se prennent fréquemment en plein air (il fait souvent beau, vous êtes en Provence !).

Roussillon en Provence

le village de roussillon
Roussillon est un village magnifique, au cœur du massif ocrier classé du Luberon, et il en a la couleur. La visite du sentier des ocres, au bord du village, est indispensable. A quelques kilomètres, à Gargas, les spectaculaires mines souterraines de Bruoux valent le détour.
A quelques kilomètres d'Apt, on y accède par le TGV d'Avignon ou l'aéroport d'Aix - Marseille. De nombreuses solutions d'hébergement pour tous budgets sont proposées autour du conservatoire.